Rechercher
  • Yves ARMAND

Bilan du Conseil Municipal du 04 février

Mis à jour : févr. 8

Bonjour,


Ce fût un Conseil Municipal plutôt technique. Nous retenons cependant :


1. - La présentation du Dossier d’Orientation Budgétaire. Il n’y a pas grand-chose à noter sinon la volonté de transformer le bâtiment communal de la rue Aristide BRIAND (230.000 €) en une salle dédiée aux associations.

Ces dernières ont évidemment besoin d’un bâtiment dédié. En revanche il est complètement illogique de l’installer à l’endroit de la commune où il est le plus difficile de se garer. Malheureusement voilà un choix que cette majorité va imposer à tous et qu’il faudra assumer pour plusieurs décennies.



2. – La décision du maire, M. GRACIA, de mettre à disposition une voiture auprès de son directeur des services, pour ses fonctions, mais aussi et nous le déplorons pour sa bonne convenance personnelle, tenez-vous bien pour la modique somme de 600 € / mois (une belle voiture … n’est-ce pas !?).

Notons par ailleurs que ce contrat de leasing avait été passé par l’équipe de Mme GENDRONNEAU alors en poste : c’est indigne !

Ce sont les Montagnard(e)s qui supportent le coût de ces « mises à dispositions ». Une bien belle voiture … et très chère voiture.



3. – Nous avons eu confirmation que des produits phytopharmaceutiques dits « biocontrôlés » ou d’Utilisation en Agriculture Biologique » sont couramment utilisé sur l’espace publique. Mais ceci est du reste parfaitement normal.

Nous attendons donc que la Préfecture abroge cet arrêté municipal qui associe un « déchet » à une « émission », et pour reprendre les propos de la mairie mélange allègrement « peaux de banane » et production « gazeuse ou pulvérulente ».


A quand l’interdiction d’utiliser un poêle ou une cheminée au prétexte que ceci émet ? Cela suffit d’arranger les choses et de vouloir faire le buzz comme cela !



4. – Nous avons demandé (comme c’est le cas dans de nombreux autres domaines, tel que le CCAS) s’il était possible de mettre en place pour notre commune et de façon publique, des indicateurs de suivis des politiques et la fourniture des informations en matière de sécurités :


- Sanitaire, notamment en matière d’impact COVID-19 (et il est arrivé que des questions fassent jour au sein de la population).

- Routière (entre autres choses d’accidentologie) ; et de diagnostic local du retour des riverains en divers endroits de notre commune.

- Civile. La nature des interventions de nos sapeurs-pompiers est diverse et certaines peuvent avoir leur importance, notamment en matière d’analyse de la situation sociale et sanitaire.

- Publique, à l’instar des données publiées au niveau des groupements de Gendarmerie (de REZE pour ce qui nous concerne). Il faudrait pouvoir les détenir pour le périmètre communal.

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/crimes-et-delits-enregistres-par-les-services-de-gendarmerie-et-de-police-depuis-2012/


Le maire, M. GRACIA s’est alors lancé dans une bien longue (et bien trop longue) diatribe, presque fatiguante, au terme de laquelle il cita un long moment une petite ville des Hauts de France ; selon lui un modèle. Il est vrai que la situation d’une ville sinistrée par l’arrêt des mines a tout à voir avec notre commune ... Idéologie quand tu nous tiens


Nous avons retenu, pour la faire courte, qu’aucune information allait être fournie, soit parce qu’elle n’aurait pas à être diffusée (?), soit parce que la mise en place d’indicateurs n’est pas possible.


Ainsi, avec ce pilotage à vue de la majorité municipale, il nous est demandé justement de ne rien demander et de bien vouloir croire la « grande pertinence » des politiques mises en place par la majorité municipale et son maire, M. GRACIA.

Donc sans autre information que celle que nous pouvons trouver sur les réseaux sociaux ou par voie de presse. C'est ce que l'on appel « invisibiliser ».


Faut-il que nous nous tournions vers la Commission d’Accès aux Documents Administratifs, autorité administrative indépendante chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs et aux archives publiques ainsi qu’à la réutilisation des informations publiques. Elle peut être saisie par toutes personnes qui se sont vues opposer une décision défavorable en matière d’accès aux documents administratifs ou de réutilisation des informations publiques.


Toutes les institutions, les collectivités ou les entreprises évaluent leur politique à l'aide d'un jeu d'indicateurs. Pas à la Montagne ?


Comptez sur nous pour que l'information soit mise à la disposition de chaque Montagnard(e). Nous irons la chercher.


74 vues1 commentaire

©2019 par Yves ARMAND. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now